NORMAND PRIMEAU
Vous lisez en ce moment

Comment écrire sur un sujet qu’on ne connait pas

0
Sujet inconnu

Il n’est pas toujours simple de devoir écrire sur un sujet qu’on ne connait pas. Bien sûr, me direz-vous, pourquoi écrire sur un sujet que nous ne connaissons pas alors qu’internet est rempli d’articles futiles, qui ne servent qu’à faire du “remplissage” ? Et bien, tous les rédacteurs se reconnaîtront ici, car le métier qu’ils exercent comporte ce genre de défi, presque tous les jours. Quand un client a besoin d’un article de blog, d’un papier blanc sur un sujet précis ou simplement du contenu pour une brochure, le rédacteur doit être à la hauteur. Voire surprendre et séduire. Le défi se présente aussi à quiconque démarre une rédaction, sur papier ou à l’ordinateur : le syndrome de la page blanche.

Une solution

Il existe pourtant une solution très efficace pour passer par-dessus ce blocage ou l’ignorance du sujet sur lequel on doit écrire : la carte heuristique.

Carte heuristique : permets de mettre en lumière les liens qui existent entre un concept ou une idée, et les informations qui leur sont associées.” – Wikipédia

L’impact sur la productivité est impressionnant. Certes, la carte heuristique n’est pas la méthode qui convient à tout le monde, mais pour mettre de l’ordre dans nos idées, elle reste l’une des meilleures options. Voici un exemple concret que j’ai expérimenté récemment. Le résultat est probant.

Peu importe la discipline dans laquelle vous évoluez, vous savez que plus vous travailler, meilleur vous serez. Il est donc important de mettre tous les jours en pratique votre discipline,  ce que vous faites, ce qui vous passionne. Un musicien répète tous les jours. Un écrivain écrit tous les jours et un athlète s’entraîne aussi tous les jours. 

La pratique rend parfait. Après une longue période de pratique, notre travail deviendra naturel, habile, rapide et stable.  Bruce Lee

Mais parlons du copywriting et surtout de cette idée de carte heuristique. Comment faire pour écrire sur un sujet qu’on ne connaît pas ? Il faut tout d’abord appliquer le principe de la pratique quotidienne. Elle permet de créer une notion d’habitude, une méthode de travail et surtout une attitude positive face à la page blanche. Et rien de tel que de se retrouver hors de notre zone de confort. Il faut donc vous lancer un défi : écrire sur un sujet qui vous est complètement inconnu. Plus il vous est inconnu, mieux ce sera.

Les avantages du défi

  • Il est important de se lancer des défis régulièrement. Pour se challenger bien sûr, mais aussi pour la gratification qu’on en retire une fois qu’on a réussi.
  • Ça nous incite à écrire tous les jours.
  • Le fait de choisir un sujet inconnu nous met dans une zone d’inconfort avec laquelle on doit s’habituer.
  • Les défis nous obligent à faire une bonne recherche sur le sujet choisi. Cette recherche nous oblige à mettre en place une méthode de travail et d’aller au fond des choses pour bien comprendre.
  • Au final, la démarche nous fait découvrir de nouveaux sujets. La connaissance, la culture générale et l’art de la recherche sont des atouts essentiels pour tout bon rédacteur.

L’importance de la recherche

Pour écrire sur un sujet inconnu, vous devez faire une bonne recherche. Internet est une source inépuisable d’information, mais il y a aussi les magazines, les livres, les gens qu’on interroge, etc. Plus vous en apprenez sur le sujet, meilleur sera le document que vous écrirez. Prenez le temps de rassembler l’information provenant de plusieurs sources, de faire un croisement, un parallèle. Il faut comparer, mais aussi valider, car l’information que l’on obtient n’est pas toujours de source fiable. Il faut en arriver à maîtriser le sujet pour être en mesure de rédiger un texte de qualité, basé sur des faits.Et ne jamais oublié que le texte est destiné à être lu par des lecteurs qui sont aussi à la recherche d’information. Le texte doit être pertinent et de bonne qualité, pour qu’il apporte une valeur au lecteur.

La carte heuristique

C’est là que la carte heuristique entre en ligne. Elle simplifiera votre travail en présentant visuellement tous les éléments que vous rassemblez pour écrire votre document. Voici ce que j’ai fait pour la première étape de cet article :

Écrire sur un sujet qu'on ne connait pas (début)
Figure 2 : Carte heuristique incluant le noeud principal et enfants.

Le premier noeud (en gris) est le sujet du présent article. Viennent ensuite les éléments principaux (en couleur) qui constituent l’essentiel de mon article, ce dont je voulais vous parler : les défis, la recherche, la création d’une carte, commencer à écrire l’article, le traduire (je fais toujours aussi en anglais), l’aspect SEO, la publication et la promotion du contenu. Il s’agit donc d’un sommaire très simple qui me permet à chaque fois de structurer mes idées et ne rien oublier.

Ensuite, j’enrichis chaque élément avec tous les sujets qui constitue l’article. Il est possible de déplacer les éléments, de les mettre dans un ordre différent, d’en ajouter, d’en retirer, etc. Pendant la phase de recherche, la carte heuristique s’enrichit continuellement. C’est le but justement. On y ajoute l’origine d’une chose, les avantages et inconvénients, son utilité, etc. Ça varie beaucoup selon le sujet choisi. Mais une chose est certaine, la carte heuristique nous permet d’avoir une vue globale du sujet traité. Et c’est là toute la différence quand. Vient le moment d’écrire. Et nous y voilà !

La rédaction d’un article

Quand la carte heuristique est terminée, que tous les éléments à développer sont bien définis, il est temps de passer à l’étape de la rédaction. Encore bien loin du résultat final, on parle ici d’un 1er jet (“draft” dans le langage du copywriting). C’est le moment d’approfondir chaque sujet dans l’ordre présenté sur la carte, ou de le modifier au besoin. Le texte doit être fluide, présenté dans un ordre logique pour que tout soit clair pour le lecteur. Vient ensuite la relecture dans le but de valider tout le texte, apporter les corrections nécessaires, vérifier l’orthographe et la grammaire. Nous sommes donc à l’étape de la version définitive, celle que l’on pourra publier ou soumettre au client pour validation et utilisée dans ses communications.

La traduction

Mes articles sont publiés dans les deux langues, anglaise et française. Je travaille donc les deux langues en parallèle. Je rédige d’abord l’article en français en suivant les étapes que j’ai énoncées précédemment, puis je traduis en anglais. Les étapes de relecture et de correction sont d’autant plus importantes. Pour le présent article, par exemple, j’ai aussi créé les cartes heuristiques en anglais pour illustrer mes propos, inséré des hyperliens dans la langue appropriée, etc. Il s’agit certes d’une charge de travail supplémentaire, mais au final c’est un exercice très intéressant.   

Et le SEO dans tout ça

Mais il ne faut pas oublier l’aspect SEO pour tout document à publier sur Internet. Pour chaque article je crée une section spécifique dans laquelle on retrouve les éléments suivants, notamment pour un article de blog :

  • Un titre percutant
  • Une liste des mots-clés
  • Une liste des étiquettes
  • Une liste des catégories
  • Une métadescription de 155 caractères

Je publie mes articles sur des blogs et ces éléments sont essentiels. À noter que pour ça aussi je fais dans les deux langues. Oui, le titre, les mots-clés, étiquettes, catégories et métadescription !

Voici la carte heuristique finale qui m’a servi à écrire cet article :

Écrire sur un sujet qu'on ne connait pas (final)
Figure 2 : Carte heuristique incluant le noeud principal, parents et enfants.

La publication

Et voilà le Jour J qui se présente : c’est le moment de publier l’article que vous avez écrit, s’il est destiné à une publication en ligne. Le travail n’est pas terminé pour autant. Vous devez maintenant faire la promotion de votre article, le faire connaître. À vous de choisir la méthode qui vous convient. Beaucoup utilisent les réseaux sociaux pour créer un lien vers l’article, d’autres utilisent les liens entrants et sortants, le relationnel avec des influenceurs ou des listes d’actualités. Bref, vous l’avez compris, votre article doit être lu et il faut en faire la promotion. Attention de ne pas abuser, ce qui pourrait ternir votre réputation. Tout est dans l’art de la subtilité, comme ce que vous écrivez !

La semaine prochaine, je vous parlerai du cas concret de rédaction sur un sujet qui m’est totalement inconnu. Et puisque j’ai aujourd’hui mentionné Bruce Lee, le sujet sera le karaté. Je vous présenterai la carte heuristique et même un exemple de publicité créée à cette occasion pour un client fictif (souvenez-vous, c’est un exercice).

Si vous avez apprécié cet article, merci de le partager. Vous serez peut-être aussi intéressé par l’article que j’ai écrit sur la page blanche.

Let’s get busy!

Norm

(1) Comment

  1. […] transformer en doute, remettre son choix en question et prendre la décision de partir. Un mauvais Copywriting de votre part peut s’avérer être un atout pour votre […]

Laisser un commentaire

Rédacteur

Normand est un "Business Geek" intense et créatif, un entrepreneur (Rumble Image) et un artiste dans l'âme. Toujours à la recherche de nouvelles méthodes, de nouveaux outils et de solutions originales, il a plusieurs cordes à son arc : Directeur de comptes, Directeur de projet IT, photographe professionnel, musicien, rédacteur et même cuisinier à ses heures. Prononcez les mots suivants et vous en aurez pour des heures : Apple, Leica, Fujifilm, Ableton, Native Instruments, Neumann, Tesla et Porsche.